Traditionnellement parlant, « Goma » est la déformation de « NGOMA » qui signifie en swahili « tambour ». Ce  mot aurait été en référence du bruit assimilable à celui du tambour qui résonne.

La résonance dont il est ici question était le grand bruit similaire au son  du tambour, provoqué par l’éruption volcanique. C’est ainsi que, en mémoire de ce grand bruit, après l’éruption volcaniqu0e  primitive, le premier village qui était implanté fut surnommé « MU NGOMA » l’actuel GOMA.

Vers 1900, Goma a eu des contacts avec les colonisateurs. En 1906 fut fondé le poste de Goma en face du poste allemand de Gisenyi et devait jouer le rôle militaire puis plus tard, il pourrait devenir un office de l’Etat – civil. Dans les mêmes perspectives, vers les années 1930, son site actuel correspondait aux camps des travailleurs du chemin de fer de l’Etat (CFE). Ce camp aurait été initialement établi au bord du lac Kivu vers l’Est du site. A l’époque, Goma était le point d’aboutissement du réseau du VICI-CONGO et servait de port d’étape pour le transbordement des produits agricoles et de matériel de construction provenant de Bukavu ou à destination de Bukavu.

En 1945, Goma  fonctionnait comme un poste d’Etat en dépendance du Territoire de Rutshuru. Après cette période, ce poste fut une entité autonome, détachée de la juridiction de Rutshuru. Par la suite, Goma grandissait rapidement, ainsi avec une population de 1.000 habitants en 1948, il sera déjà identifié comme un petit centre actif  capable d’abriter les services d’un Parquet de grande instance et d’autres éléments marquants. C’est le décret du 08 Septembre 1954 qui donne à la ville de Goma le statut du centre extra coutumier  avec une population estimée à 8.600 habitants.

Les années 1950 revêtent un sens particulier pour la ville de Goma. En 1951, cette entité a été élevée à la fois au niveau du Territoire et du Chef – lieu du District du Nord-Kivu.

Le fait de reconnaître le Nord-Kivu comme District trouvait sa raison d’être dans le rôle économique combien important reconnu à Goma en 1950. A cela, il faut ajouter l’arrivée massive des colons blancs vers les années 1945 à 1950 dans l’ex Kivu et l’extension de l’exploitation minière dans le Nord-Kivu. Ces facteurs ont conduit au mouvement en faveur de la dislocation administrative entre les deux centres de Goma et de Bukavu.

Le 14 Août 1962, Goma devint le Chef-lieu de la province du Nord-Kivu  avec comme 1er Gouverneur feu MOLEY Bénezet.  Mais suite à la contestation des territoires de Goma et de Rutshuru, les organes délibérant et exécutif fonctionneront à Kirotshe, puis à Sake. Denis PALUKU assumera alors l’intérim du Gouverneur en l’absence du titulaire et deviendra plus tard Gouverneur en 1965. Dans la suite, cette province fut supprimée  et rattachée comme par le passé à celle du Kivu. C’est  par l’ordonnance-loi n°88-176 du 15 Novembre 1988 que, dans le cadre du découpage – test, le Nord-Kivu actuel a été restauré.